La responsabilité du secteur agro-alimentaire

Le secteur agro-alimentaire contribue à l’épidémie d’obésité par son rôle dans la production, la commercialisation et la distribution des aliments, et par son influence politique. Voici quelques facteurs clés et quelques pistes pour que ce secteur contribue à la solution de ce problème :

Lobbying et influence politique : Les agriculteurs et l’industrie alimentaire exercent une influence considérable sur les politiques et les réglementations alimentaires par le biais du lobbying. Cela peut conduire à des politiques qui favorisent la production et la vente d’aliments malsains (gras, sucrés).

Surproduction et surconsommation : Le secteur agro-alimentaire produit un surplus d’aliments, souvent riches en calories et pauvres en nutriments, qui sont vendus à bas prix et en grandes quantités. Cette surproduction encourage la surconsommation, cause directe de l’obésité. Citons par exemple la surproduction de maïs aux USA, qui est ensuite transformé en sirop de glucose, sirop qui est ajouté à de nombreux aliments, sans que le consommateur en soit toujours concient.

Aliments hautement transformés et malsains : De nombreuses industries produisent des aliments hautement transformés, riches en sucre, en sel et en graisses malsaines. Ces aliments peuvent entraîner une prise de poids et l’obésité.

Publicité et marketing : Les industries alimentaires commercialisent massivement leurs produits, souvent auprès des enfants et des adolescents, ce qui peut influencer leurs habitudes alimentaires. Beaucoup de ces aliments commercialisés sont riches en sucre et en graisses, ce qui contribue à l’obésité.

Taille des portions : Au cours des dernières décennies, la taille des portions de nombreux types d’aliments et de boissons a augmenté, en particulier dans les restaurants et les fast-foods. L’augmentation de la taille des portions entraîne une augmentation de l’apport calorique, ce qui contribue à l’obésité.

Inaccessibilité des aliments sains : Dans de nombreuses régions ou quartiers, en particulier dans les communautés à faibles revenus, l’accès à des aliments frais et sains est limité. En revanche, les aliments transformés et malsains sont facilement disponibles et souvent moins chers.

Il convient de noter que si le secteur agro-alimentaire joue un rôle important, de nombreux autres facteurs contribuent à l’obésité, notamment l’inactivité physique, l’urbanisation, les facteurs socio-économiques et certains facteurs génétiques. La lutte contre l’obésité nécessite donc une approche globale, incluant des changements de comportement individuel, des initiatives de santé publique et des pratiques industrielles.


Utilisez le champ Commentaire ci-dessous pour partager votre avis et pour suggérer des améliorations à cet article.


Partager sur:

Par Jean-François Etter

Professeur de santé publique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *