Surpoids, obésité et diabète

L’obésité et le surpoids augmentent considérablement le risque de développer un diabète de type 2, une maladie qui se traduit par un excès de sucre dans le sang. Le diabète est une maladie de longue durée qui peut entraîner de graves problèmes, tels que des troubles cardiaques et vasculaires, des lésions nerveuses, des problèmes rénaux et des troubles oculaires. Nos explications:

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a constaté que la proportion d’adultes atteints de diabète dans le monde est passée de 4,7 % en 1980 à 8,5 % en 2014. Aux États-Unis, plus de 38 millions de personnes, soit 11,6 % de la population, sont atteintes de diabète, et 97 millions d’adultes supplémentaires sont atteints de prédiabète, ce qui signifie qu’ils pourraient contracter le diabète plus tard. Le risque de diabète augmente si vous êtes plus âgé, si un membre de votre famille en est atteint, si vous ne faites pas d’exercice et si vous mangez mal.

Le surpoids, l’obésité et le diabète sont liés de manière complexe. Lorsque les gens ont trop de graisse corporelle, leur corps peut subir une inflammation et devenir résistant à l’insuline. L’insuline est une hormone qui aide le sucre à pénétrer dans les cellules pour en tirer de l’énergie. La résistance à l’insuline joue un rôle important dans le diabète de type 2, car elle empêche l’insuline de contrôler le taux de sucre dans le sang. Lorsque les cellules ne répondent pas à l’insuline, le sucre reste dans le sang.

Le surpoids, l’obésité et la résistance à l’insuline sont liées par différents processus. La graisse corporelle peut produire des hormones et d’autres molécules qui affectent directement l’inflammation, la faim et la façon dont le sucre est utilisé.

Le surpoids/obésité et le diabète peuvent s’aggraver mutuellement. L’obésité augmente le risque de diabète: par rapport aux personnes de poids normal, ce risque est 3 fois plus élevé chez les personnes en surpoids et 7.2 fois plus élevé chez les personnes obèses, et ces chiffres sont plus élevés chez les femmes que chez les hommes.(a) Inversement, le diabète peut aggraver le surpoids/obésité en modifiant la façon dont votre corps utilise l’énergie et en vous rendant plus affamé. Les recherches montrent que la perte de poids peut contribuer à réduire le risque de développer un diabète, et à contrôler la glycémie des personnes qui sont déjà diabétiques. Une étude appelée « Programme de prévention du diabète » a montré que chez des personnes présentant une intolérance au glucose, une intervention comportementale visant à leur faire perdre du poids en mangeant plus sainement et en faisant régulièrement de l’exercice a réduit de 58 % leur risque de devenir diabétiques 3 ans plus tard.(b)

Pour gérer le diabète chez les personnes en surpoids ou obèses, les médecins recommandent un mélange d’habitudes saines, de médicaments et de vérification des risques cardiaques. Il leur est recommandé d’essayer de perdre 5 à 10 % de leur poids corporel. Une alimentation saine, une activité physique régulière et un suivi par un-e professionnel-le de la santé peuvent les aider à perdre du poids. Il est recommandé de faire moins 150 minutes d’exercices d’intensité moyenne par semaine, réparties sur au moins trois jours, et des exercices de force et de résistance au moins deux jours par semaine. Chez des personnes en surpoids, perdre même un peu de poids réduit considérablement les risques de diabète, et gagner du poids augmente substantiellement ce risque.(c)

Des médicaments peut également aider à gérer le diabète chez les personnes en surpoids ou obèses.


Lisez l’histoire d’Emma, une jeune femme atteinte de diabète.


Utilisez le champ Commentaire ci-dessous pour partager votre expérience du diabète ou pour suggérer des améliorations à cet article. Ou rédigez un témoignage à ce propos.


Références:

a) Asnawi Abdullah, Anna Peeters, Maximilian de Courten, Johannes Stoelwinder, The magnitude of association between overweight and obesity and the risk of diabetes: A meta-analysis of prospective cohort studies, Diabetes Research and Clinical Practice, Volume 89, Issue 3, 2010, Pages 309-319, ISSN 0168-8227, https://doi.org/10.1016/j.diabres.2010.04.012.

b) Robert E. Ratner, An Update on The Diabetes Prevention Program,
Endocrine Practice, Volume 12, Supplement 1, 2006, Pages 20-24, ISSN 1530-891X, https://doi.org/10.4158/EP.12.S1.20.

c) Resnick HE, Valsania P, Halter JB, et al. Relation of weight gain and weight loss on subsequent diabetes risk in overweight adults. Journal of Epidemiology & Community Health 2000;54:596-602. https://doi.org/10.1136/jech.54.8.596

d) American Diabetes Association.


Partager sur:

Par Jean-François Etter

Professeur de santé publique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *